Le fonctionnement

Etendue sur un terrain de 4 hectares, la station d'épuration de Lisieux reçoit et traite les eaux usées de 19 communes du Syndicat.

Cette station d'épuration, d'une capacité de 70 000 équivalents habitants, utilise un traitement à boues activées en aération prolongée à faible charge.

Les équipements sont reliés à une Gestion Technique Centralisée (GTC) qui permet de centraliser toutes les informations nécessaires à la bonne exploitation de cet ouvrage.

L'Arrivée des Eaux Usées

Bâtiment Bassin Tampon

 

Situé sur l'emplacement de l'ancienne station d'épuration, un poste de refoulement équipé d'un bassin tampon reçoit les effluents collectés par les réseaux d'assainissement.

Cet ouvrage permet de réguler le flux des eaux usées afin de limiter les "à-coups" hydrauliques sur les ouvrages de traitement de la station.

Dans un premier temps, un pré-dégrillage est effectué afin de débarrasser ces eaux des encombrants les plus grossiers (entrefer 50 mm, débit 1250 m3/h).

En amont de ce dégrillage, est placé un piège à cailloux faisant office de protection des ouvrages.

Ce poste de refoulement est équipé de 4 pompes pouvant relever jusqu'à 700 m3 d'eau par heure.

 

Le fonctionnement

 

En cas de trop plein, des pompes assurent le rejet des eaux à la Touques après comptage par un débitmètre et par prélèvement automatique afin de connaître la quantité et la qualité du rejet.

Ce bassin tampon est également équipé de 4 hydroéjecteurs permettant de maintenir les effluents stockés en aérobie (sous oxygène) et assurer la remise en suspension des dépôts.

Ce bâtiment est désodorisé par une désodorisation biologique d'une capacité de traitement de 4500 Nm3 d'air par heure avec passage de l'air au travers d'une biomasse épuratrice.

Les eaux usées sont ainsi refoulées jusqu'à la station d'épuration où elles sont comptabilisées par un débitmètre électromagnétique et contrôlées grâce à la présence d'un préleveur automatique.

Les Prétraitements

Photographie des dégrilleurs

L'unité de Prétraitements permet de "nettoyer" les eaux usées de ses éléments solides : Dégrillage, dessablage, deshuilage

LE DEGRILLAGE

Les eaux usées refoulées sont dégrillées plus finement grâce à 3 dégrilleurs fins (entrefer 6mm, débit 450 m3 /h/dégrilleur).

Les refus de dégrillage ainsi récupérés (environ 70 tonnes par an) sont compactés et stockés dans une benne avant d'être envoyés vers un Centre d'Enfouissement Technique de classe 2.

Photographie d'un dessableur-deshuileur

LE DESSABLAGE-DESHUILAGE

Les eaux usées dégrillées sont envoyées vers 2 ouvrages de dessablage-deshuilage d'une capacité de 100 m3 chacun (débit 360 m3 /h par ouvrage).

Ces ouvrages permettent une séparation des sables par décantation et des graisses par remontée en surface.

Les Sables (environ 70 tonnes par an) sont pompés et envoyés vers une unité où ils sont lavés et essorés. Ils peuvent ainsi être envoyés en Centre d'Enfouissement Technique de classe 2.

Les Graisses sont raclées, recueillies sur une trémie puis pompées vers le réacteur biologique afin d'y être traitées.

Photographie de l'ouvrage de traitement des graisses

L'UNITE DE TRAITEMENT DES GRAISSES

Le réacteur biologique d'une capacité de 320 m3 permet une digestion aérobie des graisses.

Ce traitement se fait en 2 étapes :

  • Hydrolyse bactérienne des graisses en acides gras libres
  • Oxydation des acides gras libres obtenus

Le résultat de cette digestion est dilué à l'eau industrielle et rejoint les eaux usées prétraitées

Le Traitement Biologique des Eaux Usées

Schéma du traitement biologique
Photographie des bassins d'aération

Les eaux usées dégrillées, dessablées et deshuilées sont ensuite traitées dans deux bassins (8000 m3 chacun) : Les bassins d'aération à boues activées

Le Principe de ce traitement consiste à faire consommer la pollution présente dans les eaux usées par des micro-organismes naturellement présents dans les environnements aquatiques.

Pour réaliser cette dépollution, les micro-organismes sont alimentés en oxygène apporté sous forme de fines bulles d'air.

Cette dégradation par voie biologique conduit à la formation de boues appelées "Boues activées".

Cette technique de traitement biologique par boues activées permet d'éliminer la pollution carbonée, azotée et partiellement phosphorée. Afin d'obtenir un traitement plus complet du phosphore, un réactif chimique de déphosphatation, le Chlorure ferrique, est injecté dans ces bassins.

 

La Clarification

Photographie des clarificateurs

 

Après le traitement biologique, cette nouvelle étape de traitement permet , par décantation, de séparer l'eau épurée des boues produites dans les bassins biologiques.

L'Eau épurée est alors rejetée vers le milieu naturel

Les Boues accumulées au fond des clarificateurs sont recirculées vers les bassins d'aération afin de maintenir une concentration stable de la biomasse. Les boues produites en excès feront l'objet d'un traitement particulier.

 

Le Rejet des Eaux Usées

Photographie du rejet des eaux épurées

 

Les eaux épurées sont rejetées vers le milieu naturel récepteur : La Touques, fleuve côtier de première catégorie, principalement connu pour son peuplement piscicole en Salmonidés.

Au préalable du rejet, les eaux épurées sont comptabilisées par des débitmètres et suivies qualitativement par des analyses

Le Traitement des Boues

Schéma de la déshydratation des boues

Les boues produites en excès par le traitement biologique sont régulièrement extraites du circuit de recirculation et déshydratées par deux centrifugeuses. Cette opération de deshydratation est facilitée par l'adjonction de polymères.

Ensuite, des vis de convoyage placées sous les centrifugeuses assurent le transport des boues vers un malaxeur où est injecté de la chaux vive.

Ce traitement permet une hygiénisation et une stabilisation des boues afin de limiter la fermentation et le dégagement d'odeurs.

Ces boues chaulées, pâteuses et stabilisées, sont stockées dans l'attente d'un épandage agricole, effectué 3 fois par an selon le plan d'épandage autorisé par les services de la Préfecture

 

Le Traitement des Odeurs

Photographie des tours de désodorisation

Le traitement des eaux usées est généralement accompagné d'un dégagement d'odeurs, principalement sulfurées ou ammoniaquées.

Afin de limiter les nuisances dans l'environnement, les locaux de la station d'épuration sont ventilés et l'air extrait est traité par une unité physico-chimique de désodorisation.

Cet ouvrage est constitué de 3 tours de lavage, avec l'injection de produits chimiques tels que l'acide sulfurique, la soude et l'eau de javel.

Ce traitement permet de neutraliser les polluants olfactifs. L'air ainsi rejeté dans l'atmosphère est sans odeurs.